Suite aux livres de Getz & Carney sur l’Entreprise libérée et celui de Laloux sur l’organisation teal/opale, malgré la prudence de leurs auteurs, le milieu du web s’est vite enflammé sur la généralisations des quelques points évoqués par la recherche documentaire de leurs auteurs. La généralisation est une des trois « maladies » de la communication mise en évidence par la thèse de doctorat de Noam Chomsky en 1957 (voir le billet : Communication interpersonnelle efficiente : trois erreurs courantes à éviter. ).

Une bonne partie des présupposés de ces deux approches se base sur la seule étude de 2013 effectuée par Gallup (http://www.gallup.com/poll/165269/ ) et concernant l’engagement des salariés, et seulement sur cet unique étude…

 

Une récente (2014) étude effectuée sur plus de 500.000 employés travaillant dans plus de 500 entreprises de par le monde donne un éclairage assez différent… il montre déjà les principales préoccupations des salariés, et non un niveau d’engagement dont on peut interpréter de multiples sources …. dont certaines qui peuvent nous arranger car allant dans le sens de notre pensée/paradigme …

 

l’infographie qui nous donne 7 clés d’impact sur le monde du travail suit :

 

Infographie étude Tinypulse 2014

Cette étude montre qu’une des préoccupations principale des salariés est préoccupé par :

 

1) La crise de culture d’entreprise pour 64% des consultés.

64% des employés ne perçoivent pas de culture d’entreprise forte ……

Solution : définir l’Identité et les Valeurs (Culture) qui découlent des Vision et Mission ( voir le billet : http://www.jfinsights.com/limportance-definir-vision-mission-identite-valeurs-entreprise/ )

 

2) Insatisfaction de la relation avec leur superviseur direct pour 49% des interrogés.

Solutions ? a) travailler les relations inter-personnelles (voir : http://www.jfinsights.com/developper-les-intelligences-collectives-en-augmentant-qualite-relations-les-equipes/ et  : http://www.jfinsights.com/communication-interpersonnelle-efficiente-trois-erreurs-courantes-eviter/ ) et

b) travailler la capacité du manager à être en relation avec son équipe en tant que système  (voir : http://jfinsights.com/intelligence-relationnelle-systemique-transformer-face-du-leadership/   )

 

3) Une opportunité de croissance limitée pour 66% des salariés !

Et il est bien parlé de croissance…. et pas forcément de promotion hiérarchique !

Solution ? Ici, c’est aux managers et DRH, en relation avec les intéresser, de co-construire ce que chacun entend par « croître »

 

4) Plus d’ un employé sur quatre n’a pas les outils pour faire efficacement son job !!!

Solution ? Et si la hiérarchie lui demandait ce dont il avait besoin … ?? cela donnerait certainement des pistes à explorer !

 

5) Seulement 21% des collaborateurs se sentent valorisés  dans l’entreprise …..

Solution ? un gros travail à faire pour que les pairs et managers apprennent à reconnaître et à faire des feed-backs et feed-forewards constructifs : Billet sur le feed-back et le feed-foreward

 

6) 44% des collaborateurs donnent de la reconnaissance à leurs pairs …. quand ils ont les outils pour le faire …..

7) Une BONNE CAMARADERIE ENTRE PAIRS EST LA 1ÈRE RAISON D’UN ENGAGEMENT À EN FAIRE PLUS …. et pas l’argent !!!

Solution : à nouveau favoriser des relations de qualité entre collaborateurs, pairs ou non …..

 

Nous voyons donc que le principal levier pour sortir une entreprise du mode 1.0/orange (voir http://www.jfinsights.com/entreprise-2-0-lapport-spirale-dynamique/ ) pour la passer dans une culture 2.0/vert puis dans 3.0/jaune-opale, est de tout « simplement » travailler sur l’augmentation des qualités des relations entre les collaborateurs …… et donc rien à voir avec un éventuel « leader libérateur » qui se séparerait de ses signes de pouvoir!

étonnant non ? Comme dirait le regretté Pierre Desproges …

 

Lien pour l’infographie de l’étude : https://www.tinypulse.com/2014-employee-engagement-organizational-culture-report

 

 

Faciliter la transmutation en douceur des individus et des organisations dans la facilité et la célérité. 
Booster l’innovation disruptive.