La célèbre série américaine « Dr House » (House MD en anglais) met en scène un médecin chef d’un service de diagnostic avancé dans un hôpital ( Lien Wikipedia ). En dehors du caractère très particulier (et parfois excessif) du personnage (à la Steve jobs ?), ses méthodes de management produisent des résultats exceptionnels pour « ses » patients, conséquence, entre autre, de son management teal.

 

 

Pour définir le personnage du Dr House, je vais utiliser les modèles de l’énnéagramme et méta-modèle de la Spirale Dynamique.

Nous nous retrouvons donc avec une personnalité avec un camp de base 8 alpha (centre émotionnel réprimé et centre mental soutien), sous-type tête à tête, culminant en jaune (en SD, teal dans la notation de Wilber), avec pour valeurs la fonctionnalité, les actions appropriées, le fonctionnement systémique (circularité, test et erreurs, etc.)

 

 

Quels sont donc les dix principales leçons de management teal/3.0 du Dr House ?

 

  • Il est « humble » :  il demande des solutions possibles à son équipe même s’il a déjà sa propre idée (ce qui ne l’empêche pas d’être arrogant parfois et de rester attaché à son diagnostic !)

 

  • Il demande à ce que son équipe le contredise fermement quand il émet une idée/hypothèse : pour confronter avec fermeté sa propre idée ! Nota: il s’est fait frapper au visage par deux fois par un de ses collaborateurs sans en prendre ombrage ni demander des sanctions !

 

  • Il travaille la circularité : il challenge et fait challenger les propositions faites par les membres de son équipe

 

  • Il se laisse influencer/guider par son instinct et son intuition en trouvant des solutions par sérendipité : très souvent les solutions surgissent à sa conscience dans une discussion sans lien avec le cas qu’il traite avec son ami le Dr Wilson ou une autre personne. Le côté instinctif lui est donné principalement par la source de son camp de base 8 en ennéagramme : son centre instinctif (intelligence entérique/somatique, les # 200 millions de neurones que nous avons dans les intestins), intelligence focalisée sur le monde et ayant pour objet d’y apporter un impact, une différence.

 

  • Il cherche à apprendre de ses échecs (pour que ça ne se renouvelle plus) et va jusqu’à remonter à la source des problèmes (maladies) même en cas « d’échec » ( décès du malade) il va faire une autopsie (pas forcément autorisée d’ailleurs, par hacking).

 

  • Il hacke régulièrement le système : Il est prêt à ignorer les règles et procédures (ou à s’opposer à sa hiérarchie) pour obtenir le résultat désiré (guérison du malade) ou raccourcir les délais quand la vie du malade est en jeu !

 

  • Il s’autorise l’erreur tout comme pour son équipe (fonctionnement par essai/erreur) et déculpabilise le membre de son équipe en cas d’erreur suite à un impondérable.

 

  • Il pousse son équipe à aller au bout de leurs idées et à les défendre (argumenter et se dresser pour jusqu’à aller lui tenir tête) et fait de même (exemplarité) avec eux et sa propre hiérarchie.

 

  • Il recherche l’efficience dans toutes les situations (maximum de résultats avec le minimum d’effort) allant jusqu’à ne pas agir lui-même si ça ne fait pas de différence

 

  • Il a une vision systémique (tous les symptômes doivent confirmer l’hypothèse)

 

Le personnage est extrêmement intéressant et complexe, et il est aisé de se laisse berner par une personnalité plutôt désintégrée dans son camp de base 8 de par sa « mise en faible » due à la douleur et infirmité générée par sa jambe droite.

 

Vous avez aimé certains éléments que ce billet vous a apporté ? Partagez-les autour de vous, ils raviront également de nombreuses autres personnes!

 

Des questions sur ce billet ? vous pouvez nous les poser par le site (voir ci-dessous dans la case comment/commentaire) ou nous appeler : 06 38 76 68 19.