En situation dans un environnement de type VICA (Volatile, Incertain, Complexe et Ambigu), dans un moment couramment appelé « critique », la tendance naturelle est de vouloir contrôler la situation. Le mental se met alors à tourner à plein régime… pour tenter de trouver rapidement une solution, d’abord basée sur le passé, puis une recherche de possible solution… à ce moment, il est utile de renoncer à l’utilisation de son mental pour s’appuyer sur son instinct et son intuition. Cette posture est évidente pour tout pratiquant de combats effectués dans le cadre de pratiques d’arts martiaux.

 

« Nous devons essayer de faire la chose juste chaque fois, d’agir au mieux, parce que nous ne savons jamais sur quel moment de notre vie nous serons jugés. » Capitaine « Sully » Sullenberger.

15 janvier 2009, aéroport international de La Guardia

Ce jour de 15 janvier 2009, après 5 minutes et 8 secondes de « vol », le capitaine Chesley « Sully » Sullenberger, aet avoir croisé un vol de bernaches du Canada qui stoppent les deux moteurs de son Airbus A320-214, réalise ce qui a été jugé impossible par les autorités aéronautiques mondiale : faire amerrir un bi-réacteur dans l’Hudson et de ce fait, sauver les 155 passagers du vol US Airways 1549 !

Si nous regardons de plus près, quelles ressources a-t-il utilisé pour réunion cet exploit ?

A-t-il utilisé les procédures standards ?  NON, elle n’existaient pas!

A-t-il suivi les instruction de sa « voie hiérarchique« , la tour de contrôle ? NON, il a délibérément choisi de les ignorer car il avait conscience que ces instructions étaient inappropriées.

 

Que s’est-il passé dans sa tête?

  1. Il s’est d’abord dit : « ce n’est pas possible que cela arrive »
  2. Puis suivit de : « ce n’est pas en train de m’arriver » (phase de déni)
  3. Puis vient la prise de conscience qu’après de 42 ans de carrière sans problème, il n’y avait aucune chance que cet avion se pose sur une piste sans aucun dégâts !!

 

Une interview de Sully

« Amerrir dans l’Hudson était la moins mauvaise solution »

Au point 3 se passe une rupture, un basculement/saut dans son mindset (sa façon de penser): un lâcher prise soudain de son mental cognitif! Ceci surgit en fait sur un mode de sérendipité non volontaire! Ce lâcher prise du mental lui permet d’entendre les voix de son instinct et de son intuition. Il est ici difficile de dire laquelle des deux il a suivit, la part instinctive étant à mon avis prépondérante. c’est donc son côté « déraisonnable » qui est intervenu et a permis de réaliser ce qui était considéré comme impossible par tous les experts mondiaux en la matière : une véritable percée dans l’innovation, c’est clairement une disruption dans le domaine!

 

Mobiliser son intelligence instinctive et son intuition sur commande

L’approche dite « générative », utilisée aussi  bien en individuel (coaching génératif) ou en collectif (intelligence collective systémique™, collaboration générative, MasterMind génératif) mobilisent l’instinct (intelligence somatique), l’intuition (intelligence du champs) en collaboration avec l’intelligence cognitive et permet de systématiser ce genre de créativité  disruptive, de la faire apparaître sur commande.

Des questions concernant l’application dans votre situation particulière : osez demander !

 

Accompagner la transmutation en douceur des individus et des organisations dans la facilité et la célérité. 
Booster l’innovation disruptive.