« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » nous disait Rabelais il y a quelques siècles déjà !

Si nous prenions cette approche pour regarder de plus près le fonctionnement actuel de notre société et de nos entreprises ?

vector watercolor splash paint

 

Nous voyons déjà clairement que la complexité des choses est actuellement facilement confondue avec du chaos…. d’où une tendance forte à vouloir « mettre de l’ordre », du contrôle !

Une des façon pour y voir plus clair, est de regarder ce qui se passe avec l’approche de Clare Graves au début (ECLET) de ce qui est devenu plus tard la Spirale Dynamique. Dans son approche, nous voyons que les niveaux d’existence étaient labélisés par deux lettres qui, sous l’impulsion de Beck et Cowan, sont ensuite devenues des couleurs. Nous avions AN (beige), BO (violet), etc ….

Dans cette approche, Graves met en fait en lumière le darwinisme à sa façon : une lettre représente le niveau de l’environnement, la seconde représentant le niveau de la « puissance cognitive » (connexions neuronales) le niveau de conscience en quelque sorte, pour pouvoir concevoir une stratégie appropriée (au niveau individuel ou collectif) afin de pouvoir s’adapter à ce même environnement. Dans la gradation de Graves, le système est stable quand le niveau de conscience (puissance cognitive) est approprié à son environnement. Le niveau paradigmatique ambiant moyen en France est encore ER-Orange (même s’il se trouve sur la fin de ce niveau). Nous avons donc un environnement de libre échange, mondialisé, capitalistique, scientifique etc …. avec des valeurs de croissance, compétition, de bien-être via la consommation, etc ….

Les soucis viennent quand il y a décalage entre environnement et le niveau de conscience (puissance cognitive). Ce qui est le cas actuellement.

Dans le cas d’une évolution rapide de l’environnement, donné entre autre par la technologie, nous avons depuis une paire de décennies, un niveau de l’environnement de type « vert » (réseaux informatiques, internet, échange d’information et de connaissance « libre », etc.. ce qui nous donne FR en approche clarienne) et même « jaune » depuis peu (big data, intelligence artificielle, robotisation, etc.. ce qui nous donne même du GR en approche clarienne). Ce décalage est une des sources principales de ce que l’on appelle vulgairement la « crise »….. la science sans la conscience qui va avec !

Comment rééquilibrer l’équation ? Passer de FR à FS ? Augmenter le niveau de conscience/existence ?

La tendance « naturelle » (point gamma de la SD) est d’intervenir en mode « bleu » (légiférer, chercher à contrôler) par exemple, comme pour chercher à interdire Uber qui est plutôt « jaune »…. nous voyons que cette approche est à terme, vouée à l’échec.

 

Deuxième approche : augmenter le niveau de conscience moyen. Comment ?

Inutile d’attendre que cela vienne de l’état, encore bien trop en « bleu » ! Cela ne pourra venir que de la société civile. De nombreuses initiatives sont heureusement déjà en route, avec aussi l’appui non négligeable des « jeunes générations » :

  • Dans l’éducation : écoles Steiner, Montesori, écoles démocratiques, etc.
  • Au niveau sociétal : les zèbres d’Alexandre Jardin ( le site de bleu blanc zèbre ), etc.
  • Au niveau de l’entreprises : le travail sur le niveau de conscience est encore trop souvent dans la « no mans zone », et c’est dommage .

Un travail spécifique en mode dit « génératif », en individuel ou en collectif permet d’accéder avec efficience à la transformation du niveau de conscience ( voir http://www.jfinsights.com/de-lintelligence-collectee-a-lintelligence-collective-de-4e-generation/ )

A noter également qu’un décalage dans l’autre sens produit également des « dégâts collatéraux »… Un exemple : chercher à introduire des outils de type « jaune » (sociocratie, holacratie) dans des entreprises culminant encore en « bleu » ou en « orange » !!

Alors, qu’attendons-nous pour devenir des « faizeux » de la transformation culturelle en appliquant la phrase d’Albert Schweitzer : « L’exemple n’est pas la meilleure façon d’enseigner…. c’est la seule !  »

 

 

Accompagner la transmutation en douceur des individus et des organisations dans la facilité et la célérité. 
Booster l’innovation disruptive.