Robert Dilts a commencé à élaborer les niveaux logiques de changement et d’apprentissage en novembre 1976, il y a maintenant 40 ans ! Il s’est appuyé sur les niveaux d’apprentissage de Gregory Bateson (http://www.nlpu.com/Articles/LevelsSummary.htm ). Il les a ensuite fait évoluer au fil du temps. Dans leurs dernières évolutions, Robert Dilts a commencé à introduire une dualité, avec l’apparition partielle du côté existentiel (aussi appelé « ego ») et du côté Essentiel (aussi appelé « âme » ou parfois « spirituel »).

 

ls_005

Lors d’une formation de formateur en collaboration générative à l’université de Santa Cruz, le berceau même d’où a surgit cette approche 40 ans auparavant, une évolution « évidente » a surgi dans ma conscience : séparer complètement le coté « existentiel » (égo) du côté « Essentiel » (l’Être). Cette séparation a également l’avantage de supprimer une possible confusion.

Si nous nous concentrons uniquement sur le côté existentiel (celui de l’ego, le monde du « faire »), ce qui est très utile pour obtenir des résultats ( niveau Environnement) et que nous mettons de côté ce qui peut apparaître comme « bisounours » de la partie Essence, nous allons avoir la hiérarchie des niveaux logiques suivante :

 

Niveaux Logiques Observations / questions
AMBITION Ce que nous voulons produire, la place que nous voulons prendre
RAISON D’ÊTRE Raison pour laquelle une personne ou un groupe de personnes vit ou existe. Elle porte la réalisation de nos ambitions
RÖLES Quels rôles endossons-nous pour pouvoir porter efficacement notre mission ?
CROYANCES Sur quelles croyances avons-nous besoin de nous appuyer pour endosser notre rôle ?
CAPACITES Les savoir, savoir-faire, savoir-être, savoir faire faire, etc….
COMPORTEMENTS Ce que nous disons, faisons ….
ENVIRONNEMENT Ce qui est produit (résultats) par nos comportements, les éléments dans la physicalité (bâtiments, machines, personnes, chiffres d’affaires, etc…)

 

 

Si nous regardons maintenant du côté de la partie « Essentielle » (le monde de l’Être, de l’âme = a-me… qui n’est pas le « moi »), nous voyons des choses assez comparables, à la différence près qu’elles sont impersonnelles, les niveaux logiques se déclinent alors de la façon qui suit :

 

Niveaux logiques Observations / questions
VISION Un Monde où quelque chose est présent ou est amélioré
MISSION La façon unique que nous utilisons pour tendre vers notre Vision
IDENTITE L’Identité authentique (profonde)
VALEURS Valeurs Nobles (authentiques et profondes)
TALENTS Nous touchons ici linnés, pouvant conduire à du Génie
CONTRIBUTIONS Ce que nous apportons aux autres, au Monde, à l’Humanité …
CHAMPS / ESPACE Champ émotionnel, informationnel, « ambiance », etc..

 

Les deux échelles sont en correspondances. L’ambition est en relation avec la Vision, la raison d’être avec la Mission, le rôle avec l’Identité, etc… Nous pourrons aussi noter que la Mission et la raison d’être peuvent être assez proches parfois, ce qui ne facilite pas forcément leur différentiation.

 

Si nous rapprochons les deux échelles et les mettons en correspondance, nous obtenons le tableau suivant :

ESSENTIEL

-ÊTRE-

DISCERNEMENT

CONSCIENCE (awareness)

EXISTENTIEL

– EGO –

DISTINCTION

conscience (consciousness)

VISION —————> AMBITION
MISSION —————> RAISON D’ÊTRE
IDENTITE —————> RÔLE
VALEURS —————> CROYANCES
TALENTS —————> CAPACITES
CONTRIBUTIONS —————> COMPORTEMENTS
ESPACE / CHAMPS —————> ENVIRONNEMENT

 

La partie Essentielle (l’Être) relève ici de ce qui est inné et assez immuable, alors que la partie existentielle (de l’égo) relève de l’acquis, et peut être modifié/amélioré en fonction des ses ambitions/objectifs et des différents domaines de notre vie.

Dans ce modèle, le « Spirituel » se retrouverait sur une 3e échelle, au-delà de la partie Essentielle qui va alors faire  l’intermédiaire entre l’Esprit (le spirituel) et le corps (l’existentiel).

Par contre, un alignement horizontal entre les niveaux logiques « Essentiels » et « existentiels », couplé à un alignement vertical, apporte de nombreux bénéfices aussi bien aux individus qu’aux équipes et organisations :

  • Fonctionnement en mode « Flow »
  • Stress réduit
  • Meilleure créativité
  • Relations inter-personnelles dans les équipes améliorées
  • Augmentation de l’efficacité et de l’efficience
  • Repères et sens présent dans les actions
  • Motivation intrinsèque qui dure dans le temps
  • Apparition/augmentation de la résilience voire même d’anti-fragilité

Il serait dommage de s’en priver… non ?

Accompagner la transmutation en douceur des individus et des organisations dans la facilité et la célérité. 
Booster l’innovation disruptive.